Quel type de gestion choisir sur un contrat d’assurance-vie ?

L’assurance-vie est un des placements préférés de français. Et c’est assez logique au vu de la souplesse de ce produit d’épargne, sa fiscalité et la possibilité de diversifier ses investissements. Mais suivre son investissement, et piloter son épargne n’est pas toujours simple. C’est pour cela que les assureurs proposent différentes solutions de gestion afin de vous accompagner au mieux. Voyons les différents types de gestion de l’assurance-vie.

Pourquoi la gestion de l’épargne est importante en assurance-vie ?

Un contrat d’assurance-vie est un produit d’épargne qui permet d’investir et de placer son argent, sur le moyen ou long terme. Le mot investissement est important. En effet, les français connaissent généralement, de l’assurance-vie, le fond en Euros. Ce fond permet de garantir le capital en le faisant fructifier d’un taux d’intérêt annuel. Ou mais voilà, l’assurance-vie ne propose pas que ce support d’épargne. Et heureusement, car la rémunération des fonds en euros n’a fait que baisser ces dernières années, au point de passer sous le taux d’inflation.

Pour booster la performance de son épargne, il faut donc se tourner vers d’autres supports. Ces supports permettent d’investir sur des valeurs mobilières qui vont vous permettre de saisir les opportunités des marchés, en acceptant les risques qui vont avec. Et c’est là que la gestion de votre contrat est importante.

Un contrat d’assurance-vie doit être vivant. Il doit correspondre à votre appétence aux risques financiers et à vos besoins financiers. Et pour cela, vous devrez faire des arbitrages, afin de gérer votre épargne. Mais comme nous ne sommes pas tous des spécialistes en investissements, les assureurs proposent différents types de gestion.

A lire, sur le même sujet:  A quoi sert l’assurance-vie ?

Vous souhaitez ouvrir un contrat d’assurance-vie?

Suivez notre guide pour tout comprendre de ce placement: opportunités, risques, fiscalités…

La gestion libre

Commençons par la gestion libre. Vous l’avez compris, ici, le mot libre signifie que vous allez vous débrouiller seul. Vous êtes seul responsable de vos investissements et de vos arbitrages.

Si vous avez une culture financière, et que vous aimez faire une veille sur ce sujet, ce type de gestion est fait pour vous. Vous allez pouvoir prendre vos décisions vous-même, concernant les supports et actifs financiers sur lesquels vous allez placer votre argent. L’idéal, dans ce cas, est de vous orienter vers des contrats d’assurance-vie proposant une grande variété de FCP et SICAV. C’est souvent les cas des contrats proposés par les courtiers en ligne.

La gestion pilotée

La deuxième solution est très souvent proposée par les banquiers-assureurs. Il s’agit de la gestion pilotée. De quoi s’agit-il ? La gestion pilotée vous permet de placer votre argent sur des supports répondant à votre appétence au risque. Cette solution est adaptée aux investisseurs ne maîtrisant pas tous les tenants et aboutissant de la finance et de l’épargne. Il s’agit, clairement, de la grande majorité d’entre-nous.

Ces fonds sont pensés pour correspondre à un niveau plus ou moins élevé de risque. On retrouve, généralement, 4 profils :

  • Prudent
  • Équilibré
  • Dynamique
  • Offensif

L’assureur va avoir deux possibilités : Soit préparer un ensemble de fonds dont la répartition permet de répondre à ce profil, soit proposer des fonds dont la gestion répond, directement, au profil du client.

A lire, sur le même sujet:  Un contrat d'assurance-vie est-il saisissable?

La gestion sous mandat

Enfin, le troisième type de gestion d’un contrat d’assurance-vie est la gestion sous mandat. La gestion sous mandat se différencie de la gestion pilotée par le fait que l’épargnant donne mandat à l’assureur pour gérer le contrat à sa place. Les deux partis se mettent d’accord sur les objectifs d’épargne et l’assureur prend en charge la gestion du contrat. Il n’aura donc pas à demander l’accord de son client pour effectuer des arbitrages.

Ce type de gestion permet d’être beaucoup plus souple et plus actif sur la gestion du contrat. La gestion sous mandat permet de s’adapter plus facilement à l’évolution des marchés, sans garantir, bien évidemment des performances ou le capital.

La gestion sous mandat est généralement payante, sous forme de frais supplémentaire sur les encours ou la performance.